Commercial course content web sites / Agrégateurs commerciaux de contenus de cours « WLUFA

Commercial course content web sites / Agrégateurs commerciaux de contenus de cours

Memorandum 15:18

 

Date:         August 18, 2015

To:              Presidents and Administrative Officers, Locals, Provincials and Federated Associations

From:        David Robinson, Executive Director

Re:             Commercial course content web sites

 

Over the last few years course content aggregators such as OneClass and Course Hero have emerged, companies whose business consists largely of selling material related to specific courses to university and college students. OneClass, for example, has created an on-line database containing tests, lab reports, class notes and other documents. The material is collected by students who supply it to the company in exchange for gift cards (Starbucks, Amazon, etc.). Individuals who wish to access the material purchase a subscription to the site.

 

Harm

OneClass uploads and sells documents without the permission of, or payment to, the academic staff member responsible for the original creation of the material. In some circumstances, this activity could constitute copyright infringement. The OneClass model also raises academic issues associated with the mass, unauthorized recording and reproduction of classroom speech.

 

Copyright

Copyright protects “works” – the fixed expressions of literary and artistic creativity. Content such as slides, videos and lab manuals typically meets this definition. Anyone offering this material for sale without the owner’s permission may be infringing copyright. The existence of copyright in lecture presentations is less certain. The act of a professor reading directly from their notes may constitute a performance, which is a work subject to copyright protection. If the lecture is delivered extemporaneously, or loosely from prepared text, copyright is less likely to apply as that presentation may not constitute a performance (as legally defined) and no work subject to copyright has been created. Beyond how the lecture is delivered, the manner in which it is recorded is also important. Notes prepared by a student that summarize a lecture (even one that constitutes a performance) are not likely to infringe copyright. The creation and distribution of a verbatim transcript of a lecture performed directly from prepared text may constitute the unauthorized reproduction of a work.

Complicating things further, even if course material gathered by a student and circulated by OneClass does constitute the reproduction of a work, claims of copyright infringement may still be defeated by fair dealing. Fair dealing is a legal right that allows a work to be reproduced without permission or payment in certain circumstances. Whether fair dealing exists in a particular case depends on the amount and manner of the copying and existing custom and practice. Were copyright litigation against OneClass to proceed, courts would recognize the long-standing custom of students sharing course notes, the accepted practice of recording and transcribing lectures to accommodate students with special needs, as well as the growing interest in open access material and the exercise of fair dealing for educational purposes.

 

In this context, succeeding in an infringement case against a company such as OneClass would be challenging, but not impossible. Fair dealing aside, repertoire consisting of student summaries of lecture presentations seems shielded against claims. Voice to text transcripts of read (not extemporaneous) lectures would make a better target as would copies of material such as tests, exams, slides and lab manuals.

 

Academic Concerns

Aside from intellectual property the OneClass business model raises a number of academic issues. The first is self-censorship. While student notes that misquote or misrepresent the content of a lecture are not new, the knowledge that such errors could be compounded by their posting on a website may have a chilling effect on classroom speech, undermining academic freedom. The distribution of tests and lab material may also harm the approach to learning adopted by a teacher in a particular class by, for example, the premature or unanticipated distribution of course material. The widespread availability of lecture notes may encourage non-attendance in class.

 

Inducements to students to post material to OneClass may also undermine collective agreement rights governing classroom conduct – such as prohibitions on the recording of lectures. More generally, at a time when the crucial connection between academic staff and their courses is being undermined by casualization, commercialization and the move to on-line education, the presence of OneClass and others further commodifies teaching material.  In response, employers acting under the guise of defending institutional integrity may seek greater control of course material, further stripping academic staff of intellectual property rights and workplace autonomy.

 

Action

The first step in defending the rights and interests of academic staff in these circumstances is to inform association members of the existence of course content aggregators such as OneClass and educate them about the concerns such businesses present. Attached to this memo is a pdf fact sheet that your association can distribute to members.

 

The second step is to encourage individual academic staff members to:

 

  • visit the websites of course content aggregators to ascertain if material from their courses is present;
  • make direct inquiries to the business about the presence of their material; and
  • request that the material be removed from the website.

 

The third step is to review your institutional policies and collective agreements language on classroom recording, and raise the enforcement of such language with the employer. If relevant language does not exist, consider collective bargaining solutions, for example negotiating collective agreement prohibitions on students recording and sharing course materials for any other purpose than personal use.

 

__________________________________________________________________________________

 

Note 15:18

 

Date :                                      Le 18 août 2015

 

Destinataires :                     Présidents et agents administratifs, Associations locales, provinciales et fédérées

 

Expéditeur :                         David Robinson, directeur général

 

Objet :                                    Agrégateurs commerciaux de contenus de cours

 

 

Ces dernières années ont vu apparaître des sites agrégateurs de contenus de cours tels que OneClass et Course Hero, dont la principale activité est de vendre aux étudiants de niveaux collégial et universitaire des documents pédagogiques associés à des cours précis. La société OneClass, par exemple, a créé une base de données en ligne qui rassemble des examens, tests, rapports de laboratoire, notes de cours et autres documents. Cette documentation est recueillie par les étudiants, qui la transmettent à la société en échange de cartes-cadeaux Starbucks, Amazon, etc. Les personnes qui souhaitent se procurer la documentation doivent souscrire à un abonnement payant au site.

 

Préjudice

 

OneClass téléverse et vend des documents sans obtenir la permission du membre du personnel académique qui est l’auteur de l’œuvre originale et sans le rémunérer. Dans certains cas, cette activité pourrait constituer une violation du droit d’auteur. Qui plus est, le modèle de OneClass pose des problèmes académiques quant à l’enregistrement et à la reproduction en série non autorisés de cours magistraux.

 

Droit d’auteur

 

Le droit d’auteur protège les « œuvres » – les modes ou formes fixés d’expression de créativité littéraire et artistique. Les contenus tels que les diapositives, les vidéos et les manuels de laboratoire correspondent généralement à cette définition. Quiconque met en vente ce matériel sans obtenir l’autorisation préalable du propriétaire légitime enfreint peut-être le droit d’auteur. Il est moins certains, toutefois, qu’un droit d’auteur existe sur les conférences. Le fait pour un professeur de lire directement ses notes peut constituer une prestation, laquelle est une œuvre bénéficiant de la protection du droit d’auteur. Dans le cas où la conférence, alignée sur un texte préparé à l’avance, est accompagnée de commentaires improvisés ou est prononcée avec toute liberté, le droit d’auteur est moins susceptible de s’appliquer du fait que cet exposé peut ne pas constituer une prestation (au sens de la loi) et qu’aucune œuvre assujettie au droit d’auteur n’a été créée. Au-delà de la méthode de présentation de la conférence, son mode d’enregistrement est tout aussi important. Les notes par lesquelles un étudiant fait le résumé d’une conférence (même celle qui constitue une prestation) ne sont pas susceptibles de porter atteinte au droit d’auteur. La création et la diffusion d’un compte rendu textuel d’une conférence exécutée directement à partir d’un texte préparé à l’avance peuvent constituer une reproduction non autorisée d’une œuvre. Un autre facteur ajoute à la complexité des choses : même si le matériel de cours rassemblé par un étudiant et diffusé par OneClass constitue bel et bien la reproduction d’une œuvre, le principe d’utilisation équitable peut toujours faire échec aux allégations de violation du droit d’auteur. L’utilisation équitable est un droit établi par la loi qui permet de reproduire une œuvre sans permission ou sans indemnisation dans certaines circonstances. L’existence du droit d’utilisation équitable dans un cas particulier est déterminée en fonction du volume et de la méthode de reproduction ainsi que des pratiques et usages existants. Si des poursuites pour atteinte au droit d’auteur étaient engagées contre OneClass, les tribunaux devraient reconnaître la longue tradition de partage de notes de cours entre étudiants, la pratique admise de l’enregistrement et de la transcription des conférences pour convenir aux étudiants ayant des besoins spéciaux, ainsi que l’intérêt croissant porté aux ressources en libre accès et l’utilisation équitable d’une œuvre à des fins éducatives.

 

Dans ce contexte, obtenir gain de cause dans une action en violation du droit d’auteur contre une société telle que OneClass se révélerait certes difficile, mais pas chose impossible. Exception faite de l’utilisation équitable, un répertoire de résumés de conférences produits par des étudiants semble être protégé contre toute prétendue violation. Les transcriptions voix-texte de conférences lues (non pas improvisées) constitueraient une meilleure cible tout comme le seraient des copies de documents tels que des tests, examens, diapositives et manuels de laboratoire.

 

Préoccupations d’ordre académique

 

Outre la propriété intellectuelle, le modèle commercial de OneClass suscite plusieurs autres préoccupations d’ordre académique, la première étant l’autocensure. Bien qu’il soit toujours possible que les notes des étudiants comportent des citations erronées ou déforment la teneur d’une conférence, le fait de savoir que des erreurs de ce type pourraient s’aggraver dès lorsqu’elles seraient publiées sur un site web peut avoir d’énormes conséquences sur le contenu des cours dispensés, compromettant du même coup la liberté académique. En outre, la diffusion des tests et du matériel de laboratoire peut, du fait que le matériel pédagogique soit accessible de façon prématurée ou imprévue, nuire à la méthode d’apprentissage adoptée par un professeur pour un cours donné. L’accessibilité généralisée aux notes de cours peut encourager les étudiants à ne pas se présenter en classe.

 

L’incitation pour les étudiants à mettre en ligne du matériel sur le site de OneClass peut aussi porter atteinte aux droits prévus dans les conventions collectives applicables au déroulement des cours, telle l’interdiction de l’enregistrement des conférences. De manière plus générale, alors que le rapport crucial entre les membres du personnel académique et leurs cours est mis à mal par la précarisation, la commercialisation et le passage à l’enseignement en ligne, la présence de OneClass et d’autres intervenants du genre accentue la marchandisation du matériel pédagogique. Face au problème, les employeurs, sous prétexte de défendre l’intégrité institutionnelle, peuvent chercher à exercer une plus grande emprise sur le matériel pédagogique, dérobant ainsi davantage le personnel académique de ses droits de propriété intellectuelle et de son autonomie au travail.

 

Mesures à prendre

 

La première mesure à prendre pour défendre les droits et les intérêts du personnel académique dans ces circonstances est d’informer les membres de l’association de l’existence des sites agrégateurs de contenus de cours comme OneClass et de les sensibiliser aux inquiétudes que suscitent ces entreprises. En annexe à la présente note est joint un feuillet d’information en version PDF que votre association est invitée à distribuer à ses membres.

 

La deuxième mesure consiste à encourager chaque membre du personnel académique à :

 

  • se rendre sur les sites agrégateurs de contenus de cours pour y vérifier si le matériel de ses cours s’y trouve;
  • communiquer directement avec l’entreprise pour lui faire part de la présence de son matériel pédagogique;
  • demander que ce matériel soit retiré du site concerné.

 

La troisième étape est de passer en revue les politiques en vigueur dans votre établissement et les dispositions des conventions collectives concernant l’enregistrement en classe, et de discuter avec l’employeur de la nécessité de renforcer la teneur de ces dispositions. Si aucune clause n’existe à cet effet, envisagez des solutions à proposer dans le cadre de la négociation collective : par exemple, prévoir dans les conventions collectives des interdictions faites aux étudiants d’enregistrer et de partager du matériel de cours à d’autres fins que pour usage personnel.

 

Canadian Association of University Teachers
Association canadienne des professeures et professeurs d’université
2705, promenade Queensview Drive, Ottawa (Ontario) K2B 8K2
Tel \ Tél. (613) 820-2270 x. 199 | Fax \ Téléc. (613) 820-7244

www.caut.ca

https://www.facebook.com/CAUT.ACPPU

@CAUT_ACPPU

 

Created on: Wednesday, August 19th, 2015

Last updated on: Wednesday, August 19th, 2015