WLUFA

CAUT welcomes assistance for workers and calls for support of post-secondary education amid COVID-19 spread / L’ACPPU satisfaite des mesures d’aide aux travailleurs mais demande un support pour le secteur postsecondaire 

Across Canada, as universities and colleges are taking important steps to reduce the spread of COVID-19, CAUT welcomes the $27 billion in direct support to Canadians announced today by the federal government. This is an important step in ensuring that vulnerable Canadians, including post-secondary education workers and students, are adequately supported throughout this crisis.

Many of those in the post-secondary sector – contract academic staff instructors, support staff and students – have precarious work with limited job protection and few benefits. The new emergency care benefit of $900 biweekly for those who do not have access to paid sick leave, a six-month interest-free reprieve on student loan payments, and a deferral of tax payments until August 31, among other measures, are necessary steps to support vulnerable workers.

As we move forward in addressing the crisis, we hope our governments continue to adapt and evolve programs to meet the needs of workers and their families. In addition to this financial support, measures are needed to uphold worker’s rights at the provincial level, and we are calling upon all provinces to ensure job-protected leave, and to make the necessary changes to employment standards to close the gaps in support made evident from this public health emergency.

The economic repercussions of this crisis will be felt for months and even years to come. For academic staff, threats to their livelihoods loom in the coming school year, as universities and colleges are likely to see pandemic related declines in enrolmentand resulting financial problems this fall.

Additional fiscal measures will be required to stimulate the economy and support public services. CAUT urges the federal and provincial governments to coordinate measures to assist education in the coming months.

Ensuring the sustainability of post-secondary education through the predicted temporary downturn in enrollment will protect core operations and livelihoods, providing continuity for the expertise needed to continue to tackle this crisis and support Canada’s recovery.

Read it on-line

____________________

L’ACPPU satisfaite des mesures d’aide aux travailleurs mais demande un support pour le secteur postsecondaire

Alors que les universités et collèges de partout au pays mettent en place d’importantes mesures pour contrer la propagation de la COVID-19, l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU) accueille favorablement l’aide directe de 27 milliards de dollars aux travailleurs annoncée aujourd’hui. Il s’agit d’une importante initiative pour aider les Canadiens les plus vulnérables à passer au travers cette crise, y compris les travailleurs du secteur postsecondaire et les étudiants.

Rappelons que plusieurs travailleurs du secteur postsecondaire – les chargés de cours, le personnel de soutien et les étudiants – ont des emplois précaires et n’ont peu ou pas de sécurité d’emploi ou de régime d’avantages sociaux. La nouvelle allocation de soins d’urgence qui prévoit le versement de 900$ aux deux semaines pour ceux qui n’ont pas de congés de maladie payés, le moratoire de six mois sans intérêt pour le paiement de prêts étudiants, et le report au 31 août du paiement des montants de l’impôt sur le revenu, entre autres mesures, étaient des gestes nécessaires pour aider les travailleurs les plus vulnérables.

Alors que nous avançons ensemble pour résorber cette crise, l’ACPPU demande au gouvernement de continuer à adapter et modifier ses programmes afin qu’ils répondent aux besoins des travailleurs et de leurs familles. En plus de support financier, il faudra également des mesures pour protéger les droits des travailleurs à l’échelle provinciale et nous demandons ainsi aux provinces de s’assurer que les travailleurs qui doivent prendre congé pourront conserver leur emploi et d’apporter les modifications nécessaires aux normes du travail afin de combler les lacunes rendues évidentes par cette crise de santé publique.

Les conséquences économiques de cette crise se feront sentir pour des mois, voire des années. Pour le personnel académique, il y a de réelles inquiétudes quant à l’avenir de leur gagne-pain pour la prochaine année scolaire, car les universités et collèges anticipent déjà une baisse des inscriptions et donc des revenus plus bas.

Des mesures fiscales supplémentaires seront nécessaires pour stimuler l’économie et préserver la qualité des services publics. L’ACPPU demande aux gouvernements fédéral et provinciaux de coordonner leurs efforts pour mettre en place des mesures d’aide spécifiques au milieu de l’éducation.

En garantissant le financement du secteur postsecondaire en fonction de la baisse temporaire anticipée des inscriptions, les gouvernements vont assurer la pérennité des opérations essentielles et l’emploi de plusieurs travailleurs, tout en permettant à la communauté de recherche de continuer à utiliser son expertise pour endiguer cette crise et participer aux efforts de relance du pays.

Lire l’article en ligne

cid:F7A00C18-033F-44B3-BC2B-480BE585D320


Canadian Association of University Teachers
Association canadienne des professeures et professeurs d’université
2705, promenade Queensview Drive, Ottawa (Ontario) K2B 8K2
Tel \ Tél. (613) 820-2270 | Fax \ Téléc. (613) 820-7244
CAUT.ca \ //Facebook.com/caut.acppu \@caut_acppu

Scroll to top